Le Réseau Canadien de Chercheurs dans le domaine du Marché du Travail et des Compétences (RCCMTC)

 

Document d’information

Réseau canadien de chercheurs sur le marché du travail et les compétences

Le Réseau canadien de chercheurs sur le marché du travail et les compétences (RCCMTC) consiste en un réseau de chercheurs universitaires qui s’intéressent au marché du travail canadien, au développement et à l’utilisation des compétences ainsi qu’aux enjeux stratégiques connexes.

Le RCCMTC, instauré par Ressources humaines et Développement social Canada (RHDSC) en avril 2006, vise à appuyer les objectifs ministériels de recherche en politiques et à favoriser la croissance d’un milieu de recherche universitaire solide qui s’intéresse aux questions liées aux politiques sur le marché du travail. Environ 100 universitaires de partout au Canada, travaillant dans un large éventail de domaines et comprenant des chercheurs nouveaux et expérimentés, font actuellement partie du Réseau.

Les fonctions de régie du Réseau ont été confiées à des représentants du milieu universitaire et du gouvernement du Canada de manière à établir un équilibre entre les libertés des chercheurs (pour ce qui est de déterminer des intérêts de recherche précis et d’évaluer la qualité intellectuelle des activités subventionnées) et la pertinence sur le plan des politiques.

Objectifs du Réseau

Voici les objectifs généraux du RCCMTC :

  • élaborer et mettre en œuvre un programme pour la recherche en politiques dont a besoin RHDSC dans les domaines du marché du travail canadien et du développement des compétences;
  • accroître la pertinence sur le plan des politiques de la recherche universitaire ayant trait au comportement du marché du travail canadien ainsi qu’au développement et à l’utilisation des compétences;
  • établir des relations suivies  :
    • entre les chercheurs et les décideurs clés en matière de politique publique,
    • au sein de la communauté d’experts de la recherche sur le marché du travail canadien et les compétences – qu’ils proviennent du secteur de recherche universitaire, public ou à but lucratif;
  • rendre publics les travaux de recherche subventionnés et connexes afin de favoriser la prise de décisions fondée sur des données probantes et un débat public éclairé à l’échelle du Canada;
  • aider à la création d’ une nouvelle génération de chercheurs s’intéressant aux politiques sur le marché du travail canadien;
  • promouvoir l’utilisation, par les chercheurs universitaires, de sources de données canadiennes dans le domaine de la recherche sur le marché du travail et les compétences, afin que les investissements se traduisent par un rendement accru au chapitre de la politique publique.

Activités du Réseau

Le RCCMTC a pour principale fonction de commander et de superviser des projets de recherche universitaire précis sur des sujets liés au marché du travail et au développement des compétences. Toutefois, afin de compléter cette activité et de répondre aux objectifs plus généraux du Réseau, il procède également à ce qui suit :

    • établir et mener des processus d’examen par les pairs des travaux de recherche commandés;
    • organiser des colloques et des ateliers sur des sujets de recherche en politiques ou des méthodes de recherche;
    • organiser d’importantes conférences de recherche auxquelles participent des membres de l’ensemble du Réseau, des décideurs et d’autres intéressés;
    • créer des possibilités de formation pour les futurs chercheurs et intégrer les nouveaux universitaires dans le milieu des politiques et de la recherche sur le marché du travail canadien;
    • transmettre les résultats de recherche à RHDSC, à d’autres décideurs et au grand public.

Structure du Réseau

Le Réseau est dirigé par un Comité directeur du Réseau (CDR), constitué de représentants universitaires du Réseau et de représentants de divers ministères fédéraux qui s’intéressent vivement aux dossiers liés au marché du travail et aux compétences (ministère des Finances, Statistique Canada, Industrie Canada, Citoyenneté et Immigration Canada).

Le CDR est coprésidé par Craig Riddell, de l’Université de la Colombie-Britannique (responsable universitaire) et Cliff Halliwell, directeur général, Direction de la recherche sur la politique stratégique, RHDSC (responsable du gouvernement du Canada).

Le CDR est chargé de déterminer les principaux enjeux sur lesquels il faut effectuer des travaux de recherche, d’après l’information considérable fournie par des chercheurs individuels dans le domaine en question. Voici les rôles des membres du CDR dans l’évaluation des projets ou des tâches :

  • les représentants des ministères canadiens évaluent les thèmes de recherche et les propositions de projet afin de déterminer leur pertinence sur le plan des politiques;
  • les membres universitaires proposent des thèmes de recherche et évaluent les diverses propositions de projet (financement de projets de recherche ou présentations dans le cadre d’une conférence) selon leur excellence intellectuelle. Les membres universitaires ont le dernier mot pour ce qui est de recommander l’approbation d’activités particulières, et les fonds sont attribués en fonction de l’excellence de la proposition jusqu’à concurrence des montants prévus au budget.

Le CDR n’approuvera les fonds que pour les activités de recherche qui répondent aux deux critères, à savoir la pertinence sur le plan des politiques et l’excellence intellectuelle.

Le Réseau prend également part au programme de recherche général du gouvernement du Canada dans le cadre de la Collaboration en recherche sur les politiques liées à la population, au travail et à la famille du Projet de recherche sur les politiques, puisqu’il constitue un ensemble de chercheurs pour cette collaboration.

Responsables universitaires et programmes

Les activités de recherche du Réseau sont réparties en trois grands volets de recherche. Chacun des volets comprend des programmes de recherche dirigés par des diecteurs de programme. Chaque chercheur est associé à un ou à plusieurs secteurs de programme. L’intensité des activités peut varier d’un volet de recherche à un autre, en fonction de la disponibilité et de l’intérêt des chercheurs ainsi que des priorités en matière de politiques.

Voici les volets de recherche, les programmes et les directeurs de programme :

  • Adaptation au marché du travail et rendement économique

Thomas Lemieux, économie, Université de la Colombie‑Britannique

Programmes :

  • Chômage et adaptation au marché du travail (Stephen Jones, économie, Université McMaster)
  • Innovation, productivité et organisation du travail (Thomas Lemieux, économie, Université de la Colombie-Britannique)
  • Représentation des employés et pratiques en milieu de travail et en matière de ressources humaines (Morley Gunderson, relations industrielles, Université de Toronto, et Daphne Taras, relations industrielles et affaires, Université de Calgary)
  • Apprentissage et activités professionnelles tout au long de la vie

Michael Baker, économie, Université de Toronto

Programmes :

    • Enfants, famille et équilibre de la vie professionnelle et de la vie personnelle (Shelley Phipps, économie, Université Dalhousie)
    • Éducation, formation et transition entre les études et le travail (Daniel Parent, économie, Université McGill, et Arthur Sweetman, études politiques, Université Queen’s)
  • Intégration au marché du travail et répartition du revenu

David Green, économie, Université de la Colombie-Britannique

Programmes :

  • Pauvreté, inégalité et redistribution (David Green, économie, Université de la Colombie-Britannique, et John Myles, sociologie, Université de Toronto)
  • Enjeux homme-femme, ethnicité et immigration (Charles Beach, économie, Université Queen’s, et Nicole Fortin, économie, Université de la Colombie-Britannique)